Les bienfaits du jeûne intermittent dans une guérison

Écrit par Manon Guyot-Touati, Naturopathe et Réflexologue, Praticienne en Nutrition et Diététique, Conseillère en Micronutrition, Phytothérapie et Aromathérapie, Élixirs floraux et de cristaux, Psychomotricienne D.E. spécialisée dans les maladies chroniques et inflammatoires (Mémoire de fin d'études sur la maladie de Crohn).


Régénération personnelle de la maladie de Crohn et de la thyroïdite d'Hashimoto.


Cliquer ici pour découvrir mon histoire.



Je pratique le jeûne intermittent dans le cadre de ma régénération concernant la maladie de Crohn et l'hypothyroïdie d'Hashimoto (cliquer ici pour découvrir mon histoire), deux maladies dites "incurables" que j'ai largement apaisé il y a maintenant plusieurs années.


Le jeûne intermittent est entré dans ma vie en avril 2018 et n'en est plus jamais ressorti, tellement les bénéfices obtenus sont quotidiens.


RAPPEL : Les conseils donnés sur ce site ne constituent en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle ou à arrêter ses traitements. Il s'agit uniquement d'un partage d'informations et des conseils en hygiène naturelle uniquement destinés à informer sur le mieux-être.


Tout est à individualiser en fonction de l'état de votre santé et de votre sensibilité actuelle. Cette individualisation et cette précision dans la mise en place de changements d'hygiène de vie se réalise avec un Naturopathe.


Le jeûne intermittent n'est pas adapté à tout le monde et comporte différentes contre-indications (épuisement, troubles du comportement alimentaire, certaines grossesses, perte de poids importante, le fait de ne pas avoir envie de le pratiquer...)


Le jeûne intermittent n'est pas un remède miracle dans une régénération mais peut beaucoup aider lorsqu'il est adapté à la personne.


Qu'est-ce que le jeûne intermittent ?

​Le jeûne intermittent consiste à ne pas manger une partie de la journée en sautant un repas : le petit déjeuner, le déjeuner ou le dîner.


Nous pouvons boire (jeûne hydrique) ou ne pas boire (jeûne sec) pendant ce repos digestif.


Le jeûne sec permet une détoxication plus importante puisque l'eau nécessite un travail d'assimilation et de filtration par notre organisme. Ne pas boire permet donc à notre organisme d'être pleinement disponible pour effectuer le travail de détoxication et de réparation des parties du corps qui en ont besoin.


Le jeûne hydrique est aussi très intéressant, notamment si l'on s'hydrate avec des tisanes qui sont hautement anti inflammatoires, drainantes et apaisantes.


Ainsi, jeûner en buvant ou en ne buvant pas est très intéressant dans les deux cas. Selon la personne et sa situation, le jeûne sera ainsi adapté et individualisé.


Le plus courant des jeûnes intermittents consiste à prendre son dernier repas de la journée au dîner et de remanger le lendemain à midi. On ne prend donc pas de petit déjeuner. C'est un jeûne intermittent qui dure environ 16h (je dis "environ" parce que cela dépendra de l'heure de la reprise alimentaire).


Bien sûr, chacun entend son jeûne intermittent comme il le souhaite en écoutant les besoins de son corps. Certaines personnes pourront par exemple "sauter" le dîner ou bien le déjeuner. L'objectif est que cela vous convienne.


Jeûner n'est pas récent, cela remonte à des milliers d'années !

En remontant à l'époque de nos ancêtres il y a 200 000 ans pour l'Homo Sapiens (et il y a 7 millions d'années pour le plus ancien pré-humain) on prend conscience que ces derniers jeûnaient quotidiennement et la plupart du temps - pour ne pas dire tout le temps - bien plus que 16h ! La pratique du jeûne est aussi présente dans les religions qui sont elles aussi très anciennes.

Bien avant la sédentarisation et le développement de l'agriculture du Néolithique (il y a seulement 10 000 ans), nos ancêtres qui étaient des chasseurs-cueilleurs (plus cueilleurs que chasseurs) allaient à la recherche de leur nourriture et n'en trouvaient pas régulièrement, ni quotidiennement.


Ils n'avaient ni réfrigérateur, ni congélateur, ni magasin alimentaire, ni champ de culture à leur disposition. Pour manger il fallait aller à la recherche de sa propre nourriture dans la nature !


On imagine donc bien que le matin à 8h, ils ne devaient pas prendre de petit déjeuner, et encore moins des aliments transformés industriels puisqu'il n'y avait pas d'industries.


Nos ancêtres se nourrissaient bien plus tard dans la journée. Les êtres humains se sont ainsi construits sur le plan alimentaire et organique pendant plusieurs millions d'années. C'est donc tout notre corps et plus particulièrement notre système digestif qui se sont ainsi adaptés à leur environnement pour survivre : manger de temps en temps avec de grands temps de repos digestif.


Il faut croire que la construction organique de l'être humain fût plutôt efficace puisque nous sommes encore sur Terre ! Sinon la sélection naturelle aurait déjà fait son travail !


Nous observons de surcroît que les maladies dites modernes n'existaient pas ! (Maladie de Crohn, hypothyroïdie d'Hashimoto, sclérose en plaques, neuro-dégénérescence, recrudescence des cancers et de l'autisme...)

Ainsi, la pratique du jeûne intermittent reproduit la façon dont nos ancêtres se nourrissaient avant le Néolithique, donc pendant le Paléolithique, au moment où le développement du corps humain s'est mis en place ! Notre système digestif ne fonctionne pas différemment par rapport à nos ancêtres et ne possède pas de besoins différents. Il semblerait donc que notre corps ait été génétiquement programmé pour fonctionner et vivre de cette façon : manger un peu laissant la place à un grand repos digestif. ​

Le mot "déjeuner" est également intéressant à étudier. Si on le décompose, cela donne "dé-jeûner", signifiant "arrêter de jeûner".


Dans notre société, ce repas lié à l'arrêt du jeûne est celui du midi. Le repas du midi serait donc le plus opportun pour faire son premier repas de la journée. Pourtant, plus tard le "petit déjeuner" est apparu avec le développement des industries agro-alimentaires et de la publicité notamment.