Témoignage de guérison de Clémence : maladie de Crohn

Article écrit par Clémence pour Bonheur en Fleur - Manon Touati.


Manon Touati est Praticienne en Nutrition et Diététique, Conseillère en Micronutrition, Phytothérapie et Aromathérapie, Praticienne en Réflexologie - Énergétique chinoise, Psychomotricienne D.E. spécialisée dans les maladies chroniques (mémoire de recherche sur la maladie de Crohn) et future Naturopathe. Régénération personnelle de la maladie de Crohn et d'une thyroïdite d'Hashimoto.


Toute l'histoire de Manon à découvrir ici.





Qui suis-je ?



Bonjour, je m’appelle Clémence, j’ai 25 ans. Je vis en Vendée depuis mon enfance et je suis Chargée de Webmarketing dans un groupe immobilier.


Je suis très curieuse de nature et aime tenter de nouveaux loisirs et expériences. J’ai besoin d’être très entourée de mes amis et ma famille. J’aime faire du yoga en plein air, m’éclater pendant mes cours de danse africaine, m’essayer à la couture et ce que j’aime par-dessus tout c’est la Naturopathie, vous comprendrez pourquoi ensuite !



Dans quel contexte est apparue la maladie de Crohn ?



J’avais environ 20 ans lorsque j’ai commencé à ressentir des douleurs intestinales, au début ponctuelles puis de plus en plus récurrentes et intenses. Au départ, j’ai minimisé la chose en me disant que ça va passer, que c’était dû à une mauvaise digestion et au stress qui m’envahissait depuis toujours.


Lorsque les symptômes ont commencé à se manifester, j’évoluais dans un environnement de travail inconfortable et toxique. Cette atmosphère générait chez moi énormément de stress. Je sais pertinemment que cette situation a accéléré le développement de la maladie, même si celle-ci résulte de différents facteurs internes et externes.

Je me suis alors tournée vers la médecine conventionnelle dans un premier temps. Entre les médecins généralistes n’ayant jamais pris mon cas au sérieux et les spécialistes qui m’offraient une seule issue : celle des médicaments à vie, j’ai vite compris que la solution ne se trouvait pas dans une boîte de médicament mais en moi.





Quand ai-je adopté cette transition vers la médecine holistique ?



Comme bon nombre de mes camarades atteints de MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin), pour « soigner » ou plutôt faire taire mes symptômes dus à une forte inflammation au niveau de l’iléon, et aux nombreuses ulcérations qui tapissaient mon intestin grêle, je suis passée par l’étape corticoïdes.


Après 3 mois de traitements, les inflammations s’étaient multipliées et les ulcérations devenues plus profondes, ce fut un échec total. Mon sentiment à ce moment-là était une profonde solitude et la peur.


Après cette douloureuse annonce, ma spécialiste insistait pour m’administrer des immunosuppresseurs (aux effets secondaires effrayants). Je me souviens encore d’une phrase prononcée par celle-ci après lui avoir dit que je n’étais pas prête pour les immunosuppresseurs.


« Cette maladie est incurable, il faudra vivre avec toute votre vie, chaque jour suffit sa peine ! »


« Il va falloir être prête, vous n’avez pas d’autres solutions ! Sinon on devra vous retirer un bout d’intestin ! C’est pas ce que vous voulez ? » sur un ton accusateur.


Aujourd’hui j’alerte vraiment les personnes en souffrance sur le fait qu’il est très important de prendre du recul sur les mots (parfois durs) employés par les professionnels de la santé. Ils peuvent avoir un impact considérable sur sa propre prise de décision. Bon ou mauvais.


Pour moi, ce fut un déclic : écouter mon instinct et explorer la voie de l’alimentation et de l’hygiène de vie pour retrouver la santé.

À ce moment-là, je suis à un tournant dans ma vie. Je décide de changer de gastro entérologue en choisissant quelqu’un de plus à l’écoute et ouvert d’esprit et je commence de longues recherches pour comprendre la maladie.


Je trouve alors l’inspiration en Jeanne Deumier dans son premier livre « Diagnostiquée Crohn », mon tout premier guide sur le chemin de la guérison. Je me plonge dans la lecture de témoignages de guérison, étudie les méthodes holistiques, visionne des vidéos de Thierry Casasnovas et achète des livres sur le lien entre l’alimentation et les maladies.


Je me donne ensuite quelques mois pour tenter le régime hypotoxique du Docteur Seignalet, découvert au cours de mes lectures.