Témoignage de régénération de Rémi : maladie de Crohn

Témoignage de Rémi Forrière pour Bonheur en Fleur - Manon Guyot.


Manon Guyot est Naturopathe spécialisée dans les maladies chroniques, auto-immunes et inflammatoires, Réflexologue et Psychomotricienne D.E.


Consultations en visio et et en cabinet à Sérignan-du-Comtat (Vaucluse).





Note de Manon Touati, directrice de publication : le témoignage de Rémi comporte des photos qui peuvent être heurtantes. Rémi et moi avons souhaité vous les partager afin de vous montrer la réalité qu'a vécu Rémi pendant de nombreuses années. Rémi revient de très loin et s'il n'avait pas changé son hygiène de vie et sa façon de vivre la vie, il ne serait très certainement plus vivant aujourd'hui. Lorsque Rémi m'a envoyé ces photos et lorsque j'ai ouvert le fichier, pour être très honnête, les seules et uniques pensées qui me sont venues sont une peine et une empathie immenses pour Rémi et puis "oh mon dieu, heureusement que j'ai changé mon hygiène de vie, heureusement que je me suis sauvée" ayant moi-même eu la maladie de Crohn. En partageant ces pensées à Rémi, nous nous sommes alors dit que si cela m'avait fait cet effet, peut-être que ce témoignage pourrait aider et permettre un déclic à d'autres personnes qui ont une maladie de Crohn ou une autre maladie grave. Ce témoignage de Rémi, qui est devenu un ami très bienveillant, me touche tout particulièrement. Nous espérons, Rémi et moi, pouvoir vous apporter une petite pierre dans votre chemin de guérison ou votre chemin de retour à la santé grâce à ce témoignage.

Bonjour Rémi, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Salut Manon, je m’appelle Rémi Forrière, j’ai 34 ans. « À la base » je suis batteur professionnel et professeur de batterie. Mais je viens juste de tout quitter en décembre dernier (n.d.l.r. décembre 2018) pour changer complètement de vie. J’ai repris une société, c’est une formation vidéo numérique pour apprendre à se servir d’Instagram, et j’y ajoute de bons gros ingrédients de développement personnel dedans ;) Grâce à cette nouvelle activité, je voyage partout dans le monde désormais et je peux travailler d’où ça me chante. C’est un réel bonheur ! Je suis également Auteur, Réalisateur et Conférencier. Depuis combien de temps as-tu la maladie de Crohn ?


Depuis mes 11 ans (1996).  Penses-tu savoir si des éléments de ton environnement ont pu t’amener à développer cette maladie ?


En 1996, j’ai reçu 4 injections du vaccin contre l’hépatite B. Indéniablement je crois que ça a contribué. Je l’aurai peut être eu quand même, mais ce qui est sûr c’est que ça a fait exploser les compteur au niveau de la violence de celle- ci… Il a été maintes fois prouvé que ce vaccin en particulier à été mis en cause dans certaines pathologies comme la sclérose en plaques notamment et quelques autres maladies chroniques. Après il n’y a pas que ça, je crois que toutes les maladies, quelles qu’elles soient, sont induites d’abord dans l’énergie, l’émotionnel, le non visible. Donc oui il y a sûrement eu un élément déclencheur bien plus profond. Cette année là, j’ai perdu ma grand mère que j’aimais du plus profond de mon cœur. De manière violente et inattendue.  Je pense que c’est aussi la résultante d’un trauma familial bien plus profond. Relations parents / enfants, frères / sœurs. Je suis certain que ces chocs émotionnels ou ces émotions bloquées déclenchent un mauvais fonctionnement du corps, d’un organe en particulier lié à une émotion en particulier (comme expliqué dans la médecine traditionnelle Chinoise notamment). J’appelle cela un « clic ». Un programme que le mental applique par sécurité pour ne plus vivre ce genre d’expérience, une manière de nous « sauver » de pire en quelque sorte. Selon moi, c’est de là que naissent la plupart des peurs. Je crois également que c’est un choix d’incarnation, une façon bien spécifique que mon âme a choisi afin de travailler sur un aspect précis de mon évolution.

Avant tes changements d'hygiène de vie, comment vivais-tu la maladie ?


J’étais en totale et complète auto destruction, je buvais beaucoup, je prenais beaucoup de drogue, je ne me sentais « bien » que lorsque j’étais très loin… que je ne touchais plus terre… J’étais déjà complètement drogué par la médecine conventionnelle. Je suis passé par tout ce qui existe en termes de traitement, de chirurgies, etc. 20 ans d’immunosuppresseurs, des protocoles à n’en plus finir, Metotrexate, corticoïdes à hautes doses, nutrition parentérale, entérale, plus de 40 opérations. On m’a retiré l’entièreté du côlon quand j’avais 16 ans et j’ai une stomie digestive. J’étais comme une chose morte qu’on trimballait de chambre en chambre, de table en table, et de torture en torture, résigné, vide… ​ Quel a été ton déclic pour mettre en place ta régénération et ton auto-guérison ?


J’ai toujours été certain qu’il existait autre chose que la médecine conventionnelle. Je le savais au plus profond de moi. En réalité, dès ma première hospitalisation, je sentais que quelque chose ne tournait pas rond, que ça n’était pas « normal », que ça n’était pas ma vérité. Vers mes 14 ans, j’ai donc commencé à la chercher au travers de la spiritualité et du développement personnel, puis plus tard l’alimentation. Et j’ai appris à mes dépens qu’il ne suffit pas de savoir pour guérir, mais qu’il faut aussi appliquer… mais j’étais trop fucked up énergétiquement et émotionnellement à cette époque pour appliquer ce concept tous les jours.  « Connaître et ne pas faire n’est pas connaître », Leo Buscaglia Un élément particulier m’a fait devoir prendre une décision radicale, la décision d’aller vers la vie, c’était ça ou la mort, et dans un délai assez court… Car encore une fois j’en étais très proche, et là c’était la maladie, la fatigue, plus mon hygiène de vie et mon corps qui ne pouvait plus tenir face aux assauts répétés de toute cette chimie synthétique et de tous ces non sens que je lui faisais endurer, plus les immunosuppresseurs et les multiples opérations que je subissais quotidiennement depuis plus de 15 ans. Quels ont été tes changements de vie ?


L’acceptation a été ma première médecine. Je me suis rendu compte que je n’avais jamais accepté la maladie alors que je croyais l’avoir fait depuis des années. Je vivais « comme tout le monde », faisais la fête « comme tout le monde », me détruisais « comme tout le monde ». Mais je ne suis pas tout le monde, comme tout le monde ;) Et par acceptation j’entends « connaître le score », se regarder dans un miroir et se rendre compte avec franchise d’où l’on est, ce que l’on veut et ce que l’on ne veut plus. L’acceptation n’est pas la résignation comme beaucoup trop de gens ont tendance à le penser. Au contraire, savoir où l’on se trouve est primordial pour passer à l’étape suivante qui est de reprendre sa responsabilité à 100% !! Comme je tente de le partager au travers de mon film et de tout mon projet « Cobaye de vie ». Ensuite beaucoup de recherches sur l’alimentation notamment, en mangeant littéralement toutes les vidéos de ce cher Thierry Casasnovas en 2014, qui m’a beaucoup aidé et dont je remercie la gentillesse et la bienveillance. Nous avons beaucoup échangé par mails lorsque son association s’appelait encore « Vivre cru ». Il m’a aidé à y voir plus clair dans le fonctionnement du corps humain, et au-delà de son message sur l’alimentation, cela va beaucoup plus loin. Après énormément de travail énergétique, émotionnel et mental. J’ai effectué une multitude de thérapies sur la suppression de certaines peurs (le FESTEN entres autres), plusieurs stages sur une libération saine des émotions avec le Docteur Christian Tal Schaller, un homme formidable. Une formation extraordinaire et intensive sur la véritable puissance de la vitamine C et la psychosomatique grâce à ce grand homme trop souvent décrié qu’est Alain Scohy. Il m’a permis de remarcher il y a 3 ans alors que je pouvais plus marcher et que j’étais alité depuis 6 mois. Du chamanisme, du magnétisme, de l’EFT (n.d.l.r. Emotional Freedom Techniques), des jus, des plantes, du développement personnel, des livres des livres et des livreset surtout beaucoup d’expériences (enfin !) ​ Quelle a été l'évolution de la maladie de Crohn avec tous ces changements ?


Le début à été aussi miraculeux que difficile car j’y suis allé beaucoup trop fort. Mais lorsque j’ai régulé les choses, les effets ont été énormes. Je ne prends plus d’immunosupresseurs depuis 2015, 20 ans que j’avais ça dans les veines. Ma peau est redevenue normale également (je t’ai d’ailleurs retrouvé quelques jolies photos fortes sympathiques et fait un joli montage AVANT/APRÈS. À éviter de regarder avant de manger lol ). Ça c’était un truc de fou parce que j’ai eu plus de 70 abcès de la taille de balles de golf. 2 à 3 anesthésies générales par mois réparties sur deux ans pour en inciser plusieurs à chaque fois. Mon corps est un véritable champs de mine, sans compter les grosses opérations du système digestif. J’ai tout eu, psoriasis, dermite séborrhéique, eczéma, j’avais un visage tellement rouge, douloureux et endommagé que je ne pouvais même plus ouvrir les yeux.




Abcès sur le dos de Rémi