Témoignage de guérison de Stéphanie

Interview de Stéphanie Guillou pour Manon Touati

Maladie ????

Bonjour Stéphanie, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Manon ! Je suis Maman de deux enfants de 4 et 6 ans et suis passionnée de cuisine depuis toute jeune. J'ai fait l'expérience d'un milieu familial sensible que j'ai souhaité ne surtout pas reproduire. Je me considère hypersensible depuis toute jeune ne l'ayant réalisé qu'il y a peu. 

 

Quelles ont été tes maladies ?

Plus jeune j'ai eu une importante déminéralisation dentaire précoce, j'étais migraineuse et avais des angines à répétition… 

J'ai eu des ovaires polykystiques, des ovulations et des règles douloureuses avec des micro cycles, de l'acné, des sautes d'humeur…  Puis, plus tard j'ai eu un goître thyroïdien multinodulaire avec une TSH "normale" mais contrôlée pendant l'allaitement qui fut long. J'ai aussi eu des prémices d'un vitiligo (dépigmentation de la peau)… Puis, j'ai eu d e l'ostéosclérose sur les deux genoux, d'importants "urticaires" généralisés non contrôlés sous antihistaminiques, de violentes brûlures et des contractions intestinales après consommation de multiples aliments, un transit à l'arrêt, d'importantes carences. Je souffrais aussi de boulimie et de pulsions alimentaires. Tout cela a été à l'origine d'une dépression et d'une perte totale d'estime de moi-même.

Penses-tu savoir si des éléments génétiques, héréditaires et/ou environnementaux ont pu t'amener à développer ces maladies ?

Ma mère n'as pas un terrain très propre, plutôt similaire au mien en pire… Le facteur héréditaire y est pour beaucoup selon moi tout comme le poids de la culpabilité du manque d'amour pour un enfant y est aussi, je pense, pour beaucoup… Une vie disont sous "maîtrise" jusqu'à l'arrivée de ma première grossesse ou tout s'est écrouler…

PEUT-ÊTRE AUSSI ENVIRONNEMENT ? (alimentation...)

Avant tes changements d'hygiène de vie, comment vivais-tu tes "problèmes de santé" ?

Sous médicaments ! Ce fut ma première sortie de secours. Je buvais et fumais beaucoup aussi (et pas que des cigarettes) ! Je buvais beaucoup beaucoup de café. Je me voilais tout simplement la face… 

 

Je vivais une vie disons sous "maîtrise" jusqu'à l'arrivée de ma première grossesse ou tout s'est écroulé.

Quel a été ton déclic pour mettre en place ta régénération et ton auto-guérison ?

La grossesse difficile pour ma première fille fut pour moi le déclic pour changer mon hygiène de vie. Pendant cette grossesse j'ai passé 7 mois à vomir le moindre repas avaler, j'avais d'importantes hémorroïdes, beaucoup de crises de panique à la limite hallucinatoire le soir principalement. C'était presque anodin pour mon entourage et mes soigneurs (cet état était mis sur le compte de la femme enceinte…) Je n'ai donc pas cherché plus loin ! Puis ma fille est venue au monde, un bébé bien complexe pour un premier enfant. Le deuxième encore pire, Leurs soucis de santé on révélé en moi la force d'une maman à bout tout simplement… (pollyallergie) 

STOP

 

Quels ont été tes changements de vie ? As-tu été accompagnée par un / des thérapeute(s) ?

Mes changements de vie on été principalement engendrés par une prise de conscience spirituelle suite à mon passage à l'alimentation vivante. Cuisinière de métier, il était devenu inconcevable pour moi d'allier mon métier à mon hygiène de vie, je n'étais plus faite pour ça ! Mon entourage s'éloigne aussi de moi, je m'éloigne d'eux… je reconstruit une vie plus en accord avec mes besoins, mes choix, c'est très agréable !!! Mon chemin me mène naturellement à ce qui m'est destiner, j'ai rencontrer Love me cru, un petit restaurant sur Paris, ville que j'ai quitter à regret il y as quelques années… Me voilà aujourdui à travailler avec eux en toute fluidité comme ci c'était évident que nous devions nous rencontrer ! 

Je ne m'impose plus de ryhtme de vie comme je le fesai avant, l'heure n'as plus d'importance à la minute près, j'accorde beaucoup plus de soins à ma santé et celle de mes enfants plus precieuse à mes yeux que jamais. Je me suis mise au sport de façon intensive, ce dont j'étais incapable à l'époque. 

Je n'ai pas rencontrer de thérapeute (à regret peut-être j'aurai certainement gagner un peu plus de temp…) je voulais me former moi même pour deux raisons, la première était le budjet ! Je ne travaillai plus, j'avais deux enfants malades et sous régime alimentaire difficile, et il était inconcevable pour moi de n'en soigner qu'un à la fois dans mon état. La deuxième était que j'estimais être mieu placée que n'importe qui d'autres pour connaître mes enfants et leur besoins et notre état de santé. J'ai donc entrepris de me former en Naturopathie notement en alimentation vivante  … 

Moment de bonheur lorsque Sylvie était petite

Transmission du bonheur de Sylvie à son enfant

Depuis que j’ai ajouté le jeûne intermittent à mon quotidien, j’ai franchi un cap inédit. J’ai d’abord retrouvé l’appétit. Je mangeais avant parce que c’était l’heure, et maintenant je mange parce que j’ai faim.

J’ai retrouvé une énergie jamais ressentie en plus de 20 ans de maladie. Je ressens pour la première fois depuis mes 21 ans le besoin de me dépenser. J’avais oublié. C’est magique.

Je suis suivie aujourd’hui par un gastro plus ouverts et respectueux de mes choix, un médecin allergologue génial qui est mon principal conseiller et référent, une psychologue ponctuellement. Ma première psy était psychiatre. Elle a été essentielle dans ma reconstruction identitaire. Bien que très fermée à ma démarche elle aussi.

J’ai aussi ressenti le besoin de parler de mon parcours en le mettant sur la place publique. Je fais régulièrement des interventions orales auprès du corps médical, et à l’école de médecine de Genève. Ça fait partie de mon chemin de résilience et ça me permet d’assumer pleinement ma différence.

En dehors de ces interventions j’en parle assez peu à mes proches. Il n’y a plus grand-chose à en dire c’est tellement intégré à mon quotidien. Mais je n’en fais pas pour autant un tabou.

 

Quelle a été l'évolution de la maladie de Crohn avec tous ces changements ?

Je suis aujourd’hui asymptomatique pour la partie intestinale puisqu’on m’a retiré l’organe malade. Je suis persuadée que j’aurais sauvé mes tuyaux sans ces régimes sans résidu hautement carencés, sans ces traitements lourds et ces intoxications médicamenteuses. J’en ai longtemps voulu aux médecins pour leur déni de l’évidence.

Mais ce que mon chemin de régénération m’a apporté et m’apporte toujours est extraordinaire. J’ai retrouvé une énergie que je croyais perdue, je n’ai plus aucune douleur hépatique ni pancréatique.

 

Y a-t-il des inconvénients ou des effets négatifs qui sont apparus dans ta vie suite à ces changements ?

Je n’y vois que du positif. Je n’ai jamais considéré ces choix comme des contraintes. Ma conviction était telle dès le début que j’avais l’impression de voir mes proches avaler du cyanure en les regardant manger leurs viennoiseries, pizzas et autres junk food.

Je n’ai jamais cherché à remplacer mes ingrédients pour obtenir une pâle imitation décourageante de ce que je mangeais avant. Je suis très gourmande et j’ai juste trouvé d’autres aliments qui comblent à merveilles mes exigences gustatives. Le seul aliment qui me manque parfois est le fromage... et je m’autorise de temps en temps un mini bout de chèvre ou brebis. Mais je le regrette 2 fois sur 3, et mon ventre me punit sans complexe.

Je trouve néanmoins que mes choix alimentaires en particulier ont tendance a susciter beaucoup d’agressivité et de mépris, et je me sens souvent bien seule.

 

Concernant tes modifications alimentaires, quelle est ton organisation familiale et professionnelle ?

Ma mère que je vois souvent m’a suivie pour la partie alimentation. Elle a tout de suite supprimé les substances qui fâchent (avec quelques écarts quand-même, c’est un bec à sucre!), mais n’a pas encore complètement adopté le jeûne.

J’ai également supprimé les allergènes pour mon fils, et je l’ai allaité presque 2 ans. Il n’a jamais eu à passer par le lait  en poudre. J’ai beaucoup de mal à l’éloigner du sucre, il n’en a pas absorbé les 2-3 premières années mais à 5 ans, il est sollicité quotidiennement... Je freine au maximum. Je lui prépare tous ses repas pour la cantine. J’ai maintenant la chance d’avoir du temps pour ça...

 

Lorsque que tu es invitée à l'extérieur, de quelle manière t'organises-tu pour suivre ton alimentation qui t'apporte tant de bienfaits ?

Quand je vais manger au restaurant, je trouve toujours une salade ou un moyen de modifier un peu la composition de mon plat. Je lis parfois l’exaspération dans le regard des serveurs mais quand c’est dit aimablement en général ça passe. Il existe heureusement en Suisse quelques bonnes adresses bio ou vegan où je trouve mon bonheur...

Quand je vais dîner chez quelqu’un, je préviens avant si ça se passe en petit comité. Sinon je m’adapte. Ou je jeûne 😅. Parfois je prends une bricole dans mon sac au cas où.

 

Quelles sont tes recommandations pour les personnes qui souhaitent vivre la régénération et la guérison de cette maladie ?

 

Je leur suggérerais de commencer pour les fameux jus de légumes et le jeûne, tout en se plongeant dans les ouvrages et vidéos de Thierry Casasnovas, Thierry Souccar, du Dr. Seignalet, de Marion Kaplan, du professeur Joyeux, Alex Ferrini et j’en oublie !

Je les orienterais (je l’ai souvent déjà fait !) vers ton site ou tes comptes Instagram et Facebook pour trouver la motivation et l’inspiration. Rien n’est plus motivant qu’une preuve vivante et positive du succès de la régénération.

Je leur dirais de ne pas chercher à remplacer, mais de tester d’autres substances. De changer de paradigme plutôt que de chercher à transformer le précédent. Et puis de revenir à des choses simples.

Je leur dirais aussi que l’alimentation ne suffit pas, et que c’est un ensemble. Ça ne sert à rien de soigner son alimentation si on fume comme un pompier, si on est imbibé de médicaments ou si on dort 5h par nuit...

 

Peux-tu nous livrer 2 ou 3 recettes que tu aimes beaucoup et qui te font du bien ?

           •   Je suis addict au nectar d’avocat : mélanger à l’extracteur de jus un avocat, un concombre, un peu de coriandre et 1/2 citron vert. Miam ! Je prends souvent ce jus pour rompre le jeûne.

             •    Le gaspacho melon-noisette : mixer un melon charentais avec 10cl d’huile de noisette torréfiée et de la fleur de sel. Facile et bluffant !

 

En conclusion, si tu devais résumer toute ton évolution de vie, que nous dirais-tu ?

Que j’ai eu besoin de passer par beaucoup trop de souffrance pour comprendre l’évidence, mais que j’ai une chance infinie d’avoir ouvert cette porte avant qu’il ne soit trop tard. J’étais complètement endoctrinée et embourbée dans un environnement malsain et mon corps m’a montré la voie.

J’ai encore beaucoup à apprendre. Et tant mieux ! J’espère que je saurai transmettre ces évidences à mon fils.

 

As-tu une citation que tu apprécies et que tu souhaiterais nous partager ?

 

Les étoiles d’Oscar Wilde :

« Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles »

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles »

 

Pour garder espoir face à l’adversité et au scepticisme ambiant :

« Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. »

(Arthur Schopenhauer, 1788-1860)

Le sage et l'enfant

Publié le 16 mai 2019

Auteur : Sylvie Wibaut / Interview de Manon Touati

Site internet: sylviewibaut.ch

Facebook : https://www.facebook.com/sylviewibautillustration/

Instagram : https://www.instagram.com/sylvie.wibaut/