De la rémission à la guérison : passer à l'action, enjeux financiers & retour à la santé

Article écrit par Manon Touati, Praticienne en Nutrition et Diététique, Conseillère en Micronutrition, Phytothérapie et Aromathérapie, Praticienne en Réflexologie Énergétique Chinoise, Psychomotricienne D.E. spécialisée dans les maladies chroniques (mémoire de recherche sur la maladie de Crohn) et future Naturopathe. Régénération personnelle de la maladie de Crohn et d'une thyroïdite d'Hashimoto.

Toute mon histoire à découvrir ici.





La guérison, des miracles et des dons



Dans le monde médical actuel, une distinction nette est faite entre la guérison et la rémission.


Selon le Larousse, la guérison est la "disparition totale des symptômes d'une maladie ou des conséquences d'une blessure avec retour à l'état de santé antérieur." En d'autres termes, la guérison est présente lorsque nous revenons à la santé après avoir été malade, inscrivant la personne dans un état d'apaisement et de rétablissement du corps définitif.


Dans différents dictionnaires et ouvrages, nous pouvons aussi remarquer que le terme guérison est souvent associé à l'idée d'un miracle, d'une chance, d'un don, d'un phénomène paranormal ou spirituel lié à la foi, dévalorisant l'idée sérieuse de la guérison au sein de notre société. C'est ce que nous retrouvons dans certains dictionnaires présents en ligne, notamment dans le dictionnaire Cordial qui donne des exemples d'utilisation du mot "guérison". Sont ainsi évoquées les expressions "chances de guérison", "dons de guérison" ou encore "guérisons miraculeuses". La guérison serait donc liée au hasard et non à une remise en question personnelle sur notre hygiène de vie, notre environnement et notre manière de vivre pouvant mener à l'émergence de maladies (épigénétique).


Un flou plane alors sur la guérison. Guérir semble aussi bien possible qu'impossible (sauf si un miracle se produit). Est-ce finalement vraiment possible de guérir ? N'est-ce que lié aux miracles ? Ce sont autant de questionnements que l'on peut se poser lorsque nous tombons gravement malade. J'ai d'ailleurs déjà entendu différentes personnes affirmer "qu'il n'est pas possible de guérir, à moins qu'un miracle se produise".


En somme, aujourd'hui l'idée de guérison peut sembler douteuse, non scientifique, quelque peu moquée et loin du sérieux auquel on s'attend lorsque nous parlons d'un sujet aussi important.

Ces idées distillées aujourd'hui au sein de notre société occidentale, par le biais des émissions télévisées ou encore des journaux, sont pourtant loin de la réalité.






Partage d'une expérience personnelle sur ma régénération : entre miracles et bon sens




Je vais vous partager une histoire reliée à cette idée de guérison divine et mystérieuse.


Lorsque j'avais 16 ans et que j'ai été diagnostiquée de la maladie de Crohn et d'une thyroïdite d'Hashimoto (cliquer ici pour découvrir mon histoire), mes parents cherchaient un moyen pour faire chuter mes symptômes et me guérir de ces deux maladies.


À l'époque, nous voyagions beaucoup à travers le monde, nous rencontrions beaucoup de communautés, de cultures, de populations magnifiques en Asie, en Afrique ou encore en Amérique du Sud et mes parents avaient songé à ce que l'on se rende en Mongolie pour que des chamans et des guérisseurs m'accompagnent dans ce processus de guérison.

Il s'agissait d'une idée réfléchie de leur part mais que je prenais à la rigolade et que j'avais refusée, trouvant cela "bizarre, pas sérieux et tiré par les cheveux". Avec 10 ans de recul, je trouve aujourd'hui que cette idée était très bonne, pleine d'amour de leur part et de bon sens.


Mais dans la façon de procéder, c'était une idée très rattachée à l'idée que la guérison ne pouvait être qu'inexpliquée, mystérieuse et que nous ne pouvions la remettre en dernier recours qu'entre les mains de quelqu'un qui a des dons, "qui fait de la magie", souvent parce que l'on a "déjà tout essayé".


Mais avait-on tout essayé ? Avais-JE tout essayé ? Avait-on compris à l'époque que la guérison était un processus qui venait de soi, de moi, de mon intériorité et non de l'extérieur, d'une "personne qui allait me guérir" ? Avait-on compris que la guérison s'imbriquait dans le processus lié aux lois du vivant et que si je ne les respectais pas, les maladies seraient toujours présentes dans mon corps ? Avait-on compris la base, les fondements de la bonne santé ? Je peux vous dire aujourd'hui que non, nous ne nous y étions pas intéressés, tout simplement parce que nous ne connaissions pas leur existence.

Nous n'avions pas connaissance de l'existence des lois du vivant qui régissent la vie sur Terre, ce fonctionnement dont nous sommes coupés pour une majorité d'entre nous.


Nous ne connaissions pas l'impact de l'alimentation sur notre corps, du stress, de la sédentarité ou encore des émotions qui sont à l'origine de l'élaboration constante de notre corps, de notre santé mais aussi de l'émergence possible de symptômes et de maladies.


J'ai fini par comprendre ces lois, ce fonctionnement de vie et de santé à mes 22 ans, lorsque la maladie de Crohn a grandement évolué, ne me laissant plus le choix de prendre le chemin de la vie ou de la mort.





La rémission, "tu ne guériras point"