Dossier complet : apaiser la maladie de Crohn et la RCH avec les huiles essentielles

Écrit par Iris Haesendonck, Conseillère en Aromathérapie et Aromachologie.


Pour le site internet de Manon Guyot - Bonheur en Fleur.


Manon Guyot est Naturopathe spécialisée dans les maladies chroniques, auto-immunes et inflammatoires, Réflexologue et Psychomotricienne D.E.


Consultations en visio et et en cabinet à Sérignan-du-Comtat (Vaucluse).





Les huiles essentielles sont composées d’une multitude de molécules, leur conférant des propriétés thérapeutiques intéressantes dans le cadre de nombreuses problématiques.


Nous allons voir aujourd’hui comment elles permettent d’accompagner des personnes souffrant de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), sur le plan physique et émotionnel.




Qu'est-ce que l'aromathérapie ?

L’aromathérapie est une méthode naturelle, permettant une harmonisation de la santé physique et mentale grâce aux huiles essentielles.


Une huile essentielle est composée d’une multitude de molécules, savamment orchestrées au sein de la plante suivant son évolution dans le temps et dans l’espace.


Les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles reposent sur l’activité de ces molécules biochimiques.


Ces molécules confèrent aux huiles essentielles diverses propriétés, par exemple anti-infectieuses (bactéricides, antivirales, fongicides), anti-inflammatoires, mucolytiques, expectorantes, antalgiques, cicatrisantes, hémostatiques, anxiolytiques

Selon Pranarôm (2018), société dont l'expertise repose sur Dominique Beaudoux, l’utilisation des huiles essentielles permet de renforcer le processus naturel d’autoguérison.


Utiliser les huiles essentielles dans un contexte de prise en charge holistique prend alors tout son sens, puisqu’on prend en compte l’être humain dans sa globalité. Il est considéré comme un tout, une entité au sein de laquelle la santé dépend des interactions entre son corps et ses émotions.



Qu'est-ce qu'une huile essentielle ? ​​

L’huile essentielle est le produit de la distillation.


L’organe de la plante (feuille, fleur, écorce, sommité fleurie…) est déposé dans un alambic - qui est un appareil destiné à la séparation de produits par chauffage puis refroidissement (processus de distillation) - avec de l’eau, dont on va élever la température.


L’eau en s’évaporant entraîne l’huile essentielle avec elle en se condensant dans les tuyaux de l’alambic.


À la fin du processus, on récupère une partie hydrophobe (l’huile essentielle) et une partie hydrophile (l’hydrolat ou eau florale).




L'aromachologie, quand les huiles viennent au secours des émotions

L’aromachologie s’intéresse plus spécifiquement aux effets des huiles essentielles sur la sphère psychique, en utilisant la voie olfactive.


Lors de l’inspiration, les molécules entrent en contact avec les récepteurs olfactifs, transformant une information chimique en signal électrique. Ce signal est traité par notre cerveau, au niveau du système limbique, qui est également le siège des émotions.


Les senteurs ont comme spécificité de provoquer une réaction émotionnelle quasi immédiate, bien avant qu’une analyse consciente de l’odeur ait lieu. Il s’agit donc d’un outil intéressant pour travailler avec les émotions.




Ainsi, sentir une odeur familière peut faire remonter certains souvenirs, avant que l’on ait pu l’identifier et la nommer. Ce réflexe a également une fonction protectrice, puisque nous reculons instinctivement devant l’odeur d’un aliment avarié, bien avant d’avoir pris le temps de mettre des mots sur cette odeur dérangeante. Selon certains auteurs, nous sommes d’ailleurs programmés génétiquement pour privilégier certaines odeurs par rapport à d'autres.