Julia Boucachard ouvre le 1er restaurant japonais végétalien à Paris !

Écrit par Julia Boucachard pour Bonheur en Fleur - Manon Touati

Prises de conscience, régénération, réorientation et... Ouverture du 1er restaurant japonais & végétalien à Paris !

Je m’appelle Julia, j’ai 25 ans et je m’apprête à ouvrir le premier restaurant japonais 100 % végétalien à Paris qui s'appelle Mori !

Mon histoire, mes prises de conscience et mon changement d'alimentation

 

 

 

Je suis d’origine Japonaise et je suis végane depuis 2 ans, végétarienne depuis 4 ans.

 

Depuis mon enfance, mon alimentation était surtout composée de glucides (riz, nouilles de blé), de viande et un peu de légumes. La gastronomie japonaise est traditionnellement saine, mais ce que nous mangions au quotidien était relativement riche car la cuisine moderne au Japon est principalement composée de riz blanc, de fritures, de sautés de légumes et de viandes assaisonnées de sauces sucrées. C’est d’ailleurs une raison pour laquelle nous ne mangeons pas de desserts sucrés à la fin d’un repas mais plutôt à l’heure du thé. 

 

Ayant depuis l’enfance une fascination pour la nature et la faune, je me suis orientée vers des études en biologie puis spécialisée en écologie et environnement. C’est durant ma dernière année de master que j’ai rencontré Manon (n.d.l.r. Manon Touati, rédactrice en chef de ce site :P), nous étions dans la même classe. Je n’avais pas la moindre idée qu’à ce moment-là, elle se battait quotidiennement contre sa maladie (n.d.l.r. maladie de Crohn et thyroïdite d'Hashimoto dont je me suis libérée depuis plusieurs années maintenant, voir l'article mon histoire !) Elle se montrait toujours très joyeuse et rigolote. 

C’est aussi pendant cette dernière année d’étude que j’ai fait ma transition vers l’alimentation végétale. Ayant été éduquée depuis l’enfance à manger de la viande, ce n’est que lorsque j’ai pris conscience des effets écologiques néfastes de cette industrie que j’ai commencé à diminuer ma consommation de viande. Puis, comme la plupart, j’ai découvert via des vidéos la réalité des conditions d’élevage et d’abattage des animaux destinés à la consommation humaine. Cela m’a profondément choquée et dérangée.

 

J’étais à la fois horrifiée de la souffrance immense que subissait ces animaux toute leur vie et j’étais en parallèle dégoûtée par l’idée que je mettais dans mon corps de la chair malade, bourrée d’hormones et d’antibiotiques. 

 

Je suis ainsi devenue végétarienne. Cela a pris quelques mois, le temps de me détacher de cette habitude à manger de la viande et de trouver de bonnes alternatives.

 

Je m’intéressais de plus en plus à l’éthique animale et au fil des documentations, j’ai compris que se contenter d’être végétarienne n’avais pas de sens : il n’y a aucune façon éthique d’exploiter des animaux, et encore moins dans une société où la production et la rentabilité sont le graal.

 

Dans l’industrie de l’œuf, ce sont chaque jour des millions de poussins mâles hachés vivants car pour produire des œufs, il faut produire des poules femelles et les mâles de ces espèces ne sont pas destinés à l’alimentation humaine. Les élever n’apporterait donc rien financièrement et vous imaginez que les anesthésier un par un serait une perte de temps et d’argent considérable. Il est donc plus facile de (littéralement) les broyer vivants pour s'en débarrasser. La réalité est tout aussi horrifiante dans l’industrie du lait, du cuir, de la laine…  

 

Je suis donc devenue végane pour des raisons éthiques. Petit à petit, j’ai appris à choisir les bons aliments pour faire des repas équilibrés, gourmands et qui tiennent au corps. J’ai compris que les protéines se trouvent un peu partout et surtout dans les légumineuses, et n’ayant jamais eu de soucis avec le gluten, le seitan a été une très bonne alternative à la viande. J’ai découvert à quel point la cuisine végétale était créative et pouvait être gourmande. Ce que je mangeais n’avait jamais été aussi varié. Depuis toujours, j’avais une grosse envie de sucrée après un plat mais avec des repas variés, équilibrés, riches en fibres et en protéines, je n’avais plus du tout envie de sucré et j’ai même perdu mes petits kilos en trop. 

Ma régénération avec ce changement alimentaire :

"Mes douleurs chroniques, que j'avais au ventre depuis toute petite, se sont envolées avec l'alimentation végétale"

 

 

Et ce n’était pas le seul effet que j’ai ressenti sur mon corps. 

Quand j’avais 6 ans, je me réveillais chaque matin avec des douleurs intestinales. Cela à duré quelques années, puis les douleurs matinales ont laissé place à des crises alternatives de constipations et de diarrhées. Je n’avais de selles qu’une fois par semaine et des douleurs intestinales plusieurs fois par mois.

 

J’ai testé plusieurs sortes d’alimentations pour améliorer mon état (sans gluten, augmenter les fibres, boire beaucoup d’eau…) mais rien ne fonctionnait sur le long terme. Je suis allée voir une gastro-entérologue pour une hydrothérapie, qui m’a prescrit une cure de psyllium. Cela fonctionnait bien : j’avais trouvé la solution miracle ! Mais comme d’habitude, mon corps finissait par s’y habituer et revenait à son état initial... 

Depuis que j’ai supprimé la viande, le lait et les œufs, mes douleurs chroniques au ventre ont disparu. En combinant cela à une alimentation plus riche en légumineuses, mon transit est devenu normal. C’était vraiment une libération pour moi qui avait vécu toute ma vie avec des douleurs et une gêne permanente. 

Pendant ma transition vers le véganisme, il m’arrivait de faire des écarts. Après plusieurs mois sans lait et sans œufs, j’ai craqué pour un flan. Quelques heures après l’avoir mangé, j’ai eu de très grosses douleurs au ventre. J’avais compris que mon corps réagissait à ces aliments et que c’était sa façon de me dire que c’était toxique pour lui. À chaque écart (lait, fromage, œuf, beurre notamment), mon corps réagissait mal. 

J’ai fini par comprendre qu’avoir une alimentation végétale n’a que des bénéfices : pour l’environnement, pour l’éthique et pour ma santé. Et j'ai découvert une boulangerie végétale à Paris qui fait un flan délicieux ;)

 

L'ouverture de mon restaurant japonais végétalien à Paris
 

 

 

Par dessus tout, j’adore la cuisine japonaise. Malheureusement, elle contient beaucoup de viande ou de poisson, souvent caché dans les sauces. En devenant végétalienne, la seule chose que je pouvais manger au restaurant japonais était un sushi concombre ou un bol de riz. Même dans une soupe miso, on trouve du bouillon de poisson. 

Pendant mon année de Master en alternance, je n’étais pas du tout épanouie dans mon travail et j’ai réalisé que je voulais vivre de ma passion.

 

J’ai donc décidé d’ouvrir mon propre restaurant japonais et végétalien à Paris, qui s'appelle Mori, pour faire découvrir la diversité de la gastronomie japonaise et pour montrer que la cuisine végétalienne peut être gourmande.

Cela fait un an que je prépare ce projet. J’ai rassemblé une petite communauté sur les réseaux sociaux et lancé une campagne de crowdfunding qui a eu un grand succès. Aujourd’hui les banques sont prêtes à me suivre et j'ai trouvé LE local parfait ! L’ouverture est prévue pour le début de l’année 2020. 

 

J’espère avec ce projet pouvoir contribuer, à mon échelle, à la démocratisation du véganisme en France et par la suite au Japon, pour qu’un jour nous puissions vivre dans un monde plus raisonné et bienveillant.

Quelques informations sur Mori, 1er restaurant japonais végétalien à Paris !

 

 

C’est un lieu ouvert à tous, où chacun peut venir découvrir ou redécouvrir la cuisine japonaise, quelque soit son régime alimentaire lié à ses convictions, ses croyances religieuses, ses allergies ou ses intolérances.

 

Chez Mori, nous sommes convaincus que la cuisine végétale est pleine de créativité, de gourmandise et qu’elle peut plaire à tous. Mori sera un véritable voyage au Japon et un havre de paix où vous pourrez vous détendre !

Mori ne sera pas seulement un lieu où manger. Ce sera aussi un espace de partage culturel, à travers un corner boutique et des événements.

 

Vous pourrez ainsi trouver des produits véganes d'épicerie japonaise (sélectionnés par nos soins) mais aussi des objets du quotidien pour consommer éco-friendly (bento box, couverts, mugs de voyage).

Côté événements, nous organiserons régulièrement des ateliers de dégustation, de cuisine ou de création DIY (n.d.l.r. Do It Yourself) d'objets japonais traditionnels (par exemple des porte-bonheurs omamori à partir de tissus recyclés). Il y aura également d'autres types d'événements comme des expositions d'artistes. Les thèmes tourneront autour du Japon, de la nature et de l'écologie.

Et bien sûr, voici l'adresse de mon restaurant qui vous accueille avec grand bonheur :

2 rue des Taillandiers, 75011 Paris

Auteur : Julia Boucachard pour Bonheur en Fleur - Manon Touati

Article publié le 8 mars 2020

Site internet : https://www.moricafeparis.com/

Facebook :  Mori Café Paris

Instagram : moricafeparis

Adresse du restaurant "Mori" :

2 rue des Taillandiers, 75011 Paris

Autres articles qui pourraient vous plaire !